Sabat 151 x 122 cm
Acrylique


La-bas, noyée dans l'espace des tons ambiants, desquels elle semble vouloir s’extraire pour remonter en surface,
la lumière fut ...

Créer la lumière en jouant avec les couleurs qu'elle a choisies, lumière qui sourd entre les masses qu'elle colore.
Elle en sculpte les formes donnant au tableau sa profondeur, créant l'espace, un espace ambigu, quasi immatériel.

Avec un désir attentif, cette peinture qui se nourrit d'elle-même cherche l'attitude avant le spectacle,
préférant l'empreinte sombre pour mieux dire la lumière. C'est une avance douce vers une battue lumineuse,
lieu et moment de la catalyse de l'émotion, des émotions.


Quelque part cela brille dans le noir, quelques flaques de couleurs seules se colorent sans faille, se répercutent,
pour la rencontre de la lumière épiphanique.
Monde éphémère qui témoigne aujourd'hui âprement d'une âme en mouvement.


La peinture de Catherine Guitton est un lieu où habite le mystère.


Céline Durand - Elève de l'ICART